confidentialité applications mobiles

La confidentialité des données des utilisateurs est un sujet particulièrement sensible dans le contexte actuel notamment suite à l’affaire-scandale Cambridge Analytica. Aujourd’hui, il est plus jamais essentiel de prêter attention aux autorisations de collecte et d’utilisation des données que les utilisateurs accordent aux applications mobiles. Nous faisons le point sur le fonctionnement des autorisations d’applications sur Android et iOS.

Simplicité d’accès et de modification

Ce qui fût autrefois la principale différence entre iOS et Android en matière d’autorisations d’applications, est aujourd’hui de moins en moins visible. Les terminaux iOS étaient connus pour offrir une simplicité d’accès aux paramètres de gestion des permissions. Aller dans Réglages, puis Confidentialité. 2 taps suffisaient à accéder à accéder à une interface permettant de gérer le tout, soit par application individuelle, soit par paramètres généraux.

Le chemin était plus ardu sur Android, mais l’est de moins en moins au fur et à mesure des mises-à-jour. A partir d’Android 6 (Marshmallow), il est également possible d’accéder aux permissions de vos applications en 3 taps seulement : Paramètres => Applications => Permissions d’applications. Android offre également la possibilité de gérer vos permissions d’applications en one by one, ou de façon globale.

L’interface

L’interface Android, plus soignée, n’est toujours pas aussi user friendly que sur iOS, mais a le mérite d’avoir remplacé les termes trop techniques avec lesquels bon nombre d’utilisateurs ne se retrouvaient pas. iOS, bien plus en avance en interface utilisateur va même jusqu’à proposer des aperçus des modifications que vous comptez effectuer.
Exemple avec les notifications :

notifications push

Fonctionnalité ou protectionnisme

Lors du lancement d’une application ou d’une fonctionnalité précise pendant l’exécution d’une application nécessitant un accès particulier, une pop-up demandant l’autorisation de cet accès s’affiche,vous avez alors le choix d’accorder ou non cette permission. Dans le cas d’un refus sur Android, la pop-up s’affichera encore à chaque fois que vous tenterez de lancer l’application ou la fonctionnalité nécessitant l’autorisation en question. Il vous est toutefois possible de cocher la case “Ne plus demander” affichée sur la popup. Le système sauvegardera alors votre refus, et vous devrez vous rendre manuellement sur les paramètres du smartphone pour accorder la permission.

Sur iOS, votre premier refus de permission est sauvegardé automatiquement, et vous ne serez plus embêté à moins d’aller vous même accorder l’accès dans les paramètres de l’application dans les Réglages. Aussi,  Apple a déclaré dernièrement rejeter les demandes de mise en ligne sur son store d’applications demandant un ou des accès non directement liés au fonctionnement de l’application, ou, à défaut, à son amélioration : « Data collected from apps may not be used or shared with third parties for purposes unrelated to improving the user experience or software/hardware performance connected to the app’s functionality, or to serve advertising in compliance with the Apple Developer Program License Agreement.».

Sur ce point, iOS l’emporte en matière de protection de l’utilisateur, dans la mesure où des demandes de permission répétées peuvent être facilement perçues comme des spams ou des tentatives d’intrusion. Android, en permettant la répétition des demandes de permission, privilégie l’aspect fonctionnel, puisqu’il retient, dans la mesure du possible, l’utilisateur de devoir aller fouiller manuellement dans les paramètres d’accès.

Conclusion

Pour résumer, les différences entre iOS et Android sont de plus en plus étroites en ce qui concerne la question des autorisations d’applications. Vu l’importance croissante accordée par les utilisateurs à la question de la confidentialité, Apple et Google semblent converger vers une approche commune, et cela se voit bien dans les dernières versions de leur système d’exploitation.

Laissez un commentaire